Publications du CDPC



Le soixantième anniversaire de la République italienne


soix_recto.jpg

Le soixantième anniversaire de la République italienne - Sous direction de Jean-Jacques Pardini, Monique Léonard, Philippe Gilles - Bruylant - 2011 - 264 p.

La République italienne qui naît en 1946 est une République démocratique fondée sur des principes d’organisation économique et sociale qui seront consacrés par la Constitution du 27 décembre 1947. La question du régime qui allait se mettre en place avait été reportée jusqu’au lendemain des hostilités. Alcide de Gasperi, chantre de la démocratie chrétienne, Président du Conseil, a joué un rôle essentiel dans l’organisation du référendum proposant aux Italiens de choisir entre République et Monarchie. Lorsque le temps était venu d’aborder la question, de Gasperi refusa de remettre à la future Assemblée constituante le soin de décider entre Monarchie et République. Il souhaitait que le peuple fût juge. C’est ainsi que, par référendum du 2 juin 1946, les Italiens décident de l’instauration de la République par 12,7 millions de voix contre 10,7 millions.

Dans la logique des principes consacrés par la Constitution italienne, le colloque international et pluridisciplinaire tenu à la faculté de droit de Toulon les 19 et 20 novembre 2006 s’est déroulé sur trois demi-journées. Il s’est d’abord agi d’envisager, lors d’une première séance, La République et l’idée démocratique à travers la mise en place et l’évolution des institutions en Italie. Une seconde séance a été consacrée à République et économie où les principes constitutionnels en matière économique ont été étudiés, mais aussi le regard porté sur les rapports franco-italiens dans le domaine de l’économie. Enfin, une troisième séance était consacrée au Projet social de la République et notamment, mais pas seulement, aux droits économiques et sociaux consacrés par la Constitution. La littérature italienne était aussi à l’honneur à travers l’œuvre de plusieurs auteurs qui ont eu un regard éclairé sur la République commençante.

Au total, les contributions croisées d’économistes, de littéraires et de juristes sont un précieux apport pour qui s’intéresse à ce pays fascinant qu’est l’Italie. L’approche pluridisciplinaire a autorisé un échange de savoirs sur ce « miracle italien » toujours renouvelé.

Jean-Jacques Pardini
Doyen honoraire de la faculté de droit de Toulon
Professeur agrégé de droit public